Le sexe après l’accouchement : les conseils pour bien vivre le post-partum

Le sexe après l’accouchement : les conseils pour bien vivre le post-partum

La sexualité évolue pendant une grossesse – particulièrement après l’accouchement : l’arrivée d’un nouveau-né (surtout quand c’est le premier !) bouleverse la vie de couple, sa libido, et ses habitudes. Et c’est normal.

Il ne s’agit pas de parler d’un retour à la « normale » mais plutôt de s’adapter au mieux pendant un temps. C’est aussi une période où le couple doit être plus soudé que jamais, et où la vie de la maman est forcément chamboulée.

Mia vous accompagne au mieux durant cette période du post-partum.


Vous souhaitez vous épanouir sexuellement ?
Consultez en ligne une thérapeute Mia.co

Consultez une thérapeute en ligne par téléphone, messagerie ou vidéo, 7 jours sur 7.


Ne pas précipiter le sexe après l’accouchement

C’est l’une des épreuves les plus physiques dans la vie d’une femme : le rôle du ou de la partenaire est donc primordiale pour l’accompagner au mieux.

La maman doit bien sûr prendre soin de son bébé, mais elle doit aussi trouver le temps de prendre soin d’elle ! L’accouchement classique (par voie basse), par épisiotomie ou par césarienne, est une épreuve fatigante, tant d’un point de vue émotionnel que physique.

Alors, combien faut-il de temps pour se rétablir totalement après un accouchement ? Beaucoup de témoignages de femmes évoquent le fait qu’elles ne sont pas préparées à cet « après ».

Car on parle peu du post-partum (la période qui s’étend entre l’accouchement et les premières règles) aux femmes, et on ne prépare pas forcément la future maman à ce qui l’attend : bouleversement hormonal, émotionnel, port de serviettes hygiéniques (voire des couches), seins douloureux, etc.

Plutôt que d’ignorer tous ces aspects, il faut au contraire s’y préparer, en en prenant conscience : de cette manière, les choses se passeront toujours mieux.

Il faudra un certain temps pour que le corps retrouve sa forme, que les humeurs se stabilisent ; mais il ne faut surtout pas s’inquiéter : il est normal que le corps ait besoin de temps pour se rétablir.

Se préparer au mieux au post-partum

Le rôle du ou de la partenaire est bien sûr déterminant, tout au long de la grossesse, puis après l’accouchement. Il est cependant possible de prendre les devants, pour anticiper au mieux cette période délicate du post-partum.

Par exemple, pensez à acheter tous les produits de première nécessité pour la période à la maternité : 

  • Pensez aux serviettes hygiéniques (+++) ;
  • Des coussins
  • Un gel apaisant à l’aloe vera ; 
  • Un vaporisateur (en cas de bouffées de chaleur) ; 
  • Des culottes amples et confortables (plutôt en coton et qui couvrent tout le bassin), etc.

Pensez également à prévoir de la lecture ; et tout ce qui pourra améliorer votre quotidien à la maternité. Et n’hésitez pas à demander à votre partenaire ce dont vous avez besoin si vous n’y avez pas pensé !

Les saignements après l’accouchement

Il est normal de saigner abondamment après l’accouchement : on appelle ça les lochies. Ce terme médical désigne les pertes de sang dont la maman fait l’objet après chaque accouchement.

Généralement, elles débutent 2 à 3 jours après l’accouchement, comme des règles très abondantes. Normalement, ce flux est censé diminuer petit à petit : au bout de 4 à 6 semaines, les pertes de sang s’éclaircissent et peuvent prendre une couleur rose ou marron.

Cependant, si au lieu de diminuer, le flux augmente, il s’agit peut être d’une complication ; notamment si les règles sont très odorantes et que les serviettes ne durent pas plus d’une heure.

La maman est naturellement suivie lors de cette période mais il est important de pouvoir dialoguer avec sa sage-femme ou son/sa gynécologue.

Enfin, pour être le plus à l’aise possible, pensez à changer votre linge lors des visites, ce qui évitera des mauvaises postures.

Bien vivre avec les contractions et les douleurs

Eh oui, même après l’accouchement, on peut encore entendre parler de contractions… À mesure que l’utérus retrouve sa taille, la maman peut ressentir des crampes ou des contractions : c’est normal.

Généralement, là aussi, les douleurs s’estompent après quelques jours, le temps que l’utérus réduise de taille. Il faudra tout de même compter environ 4 semaines. Alors comment gérer la douleur au mieux ?

Déjà, en parler à votre gynécologue : il/elle pourra éventuellement vous prescrire, dans la mesure du possible, des antalgiques.

Toutefois, il faudra les prendre raisonnablement et au bon moment ; bien gérer la douleur est important, pour la récupération physique, mais aussi psychologique. Là encore, il est possible de se faire accompagner, même à distance, avec une sage-femme en ligne.

La douleur peut vite freiner les déplacements et gêner aussi l’allaitement (si vous allaitez) ; n’hésitez pas à vous informer auprès de votre sage-femme et votre gynécologue pour traverser au mieux cette période.

Seins douloureux : les solutions

Environ 3 à 5 jours après l’accouchement, les seins deviennent douloureux lors de la montée de lait ; ils gonflent et sont souvent chauds au toucher. Il existe des poches de gel chaud ou froid, disponibles en pharmacie, pour atténuer la douleur.

En plus de cela, réfléchissez au choix de votre soutien-gorge le plus agréable possible ! Un soutien-gorge bien ajusté, sans armatures, est préconisé.

Enfin, si vos tétons sont douloureux, avant ou après l’allaitement, vous trouverez de très bonnes crèmes à la lanoline (ou des téterelles) pour les apaiser.

Patience, et prenez le temps de vous y habituer ; le bébé également doit apprendre ce geste et il/elle n’est pas forcément tendre… Donc, savoir allaiter s’apprend, trouver la bonne position, le bon angle pour le bébé, etc.  

Après l’accouchement : la question des selles

Mieux vaut aborder la question, plutôt que de faire comme si elle n’existait pas… Particulièrement si la maman a eu une épisiotomie ou des points de suture.

Il est donc essentiel de se lever dès que possible et de marcher, même pas longtemps.

Il faut également boire beaucoup d’eau et manger des fibres, qui aideront votre organisme à récupérer. Enfin, le moment venu d’aller aux toilettes, essayez de vous détendre au mieux ; si nécessaire, on pourra vous prescrire un laxatif pour vous aider.

En fait, c’est plutôt l’appréhension de ce moment qui peut être délicate ; généralement, les choses se passent très bien, rassurez-vous !

Pour conclure sur ce sujet, nous vous recommandons d’utiliser un vaporisateur d’eau pour vous rincer délicatement et vous tapoter avec du papier toilette. 

L’importance d’apaiser ses parties intimes

Il est normal d’éprouver des douleurs vaginales ou périnéales après l’accouchement. Vous pouvez par exemple appliquer une poche froide pour soulager la douleur ; la maternité en propose toujours.

Lorsque vous serez de retour à la maison, il est possible de les fabriquer vous-même en appliquant un gel à l’aloe vera et de l’hamamélis sur des serviettes hygiéniques (assez grandes).

Enveloppez les ensuite dans un sac plastique que vous déposerez au congélateur.

Bien sûr, évitez les rapports sexuels pendant cette période. et si vous avez l'habitude d'utiliser des tampons ou une cup durant vos règles, préférez les serviettes durant un temps. C’est seulement lorsque vous serez prête (avec les conseils ou non de votre gynécologue) que vous pourrez « réinsérez » quelque chose à l’intérieur de votre vagin.

En cas d’épisiotomie ou de césarienne, comment soigner les points de suture ? 

Pour cette étape, vous devrez suivre les instructions de votre médecin ; notamment pour permettre à la zone incisée de cicatriser et d’éviter une infection.

Il est important pendant cette période de ne pas forcer et marcher lentement : ne soulevez rien de lourd (mis à part votre bébé !).

Il vous faudra également attendre la permission de votre médecin pour reprendre des bains. Les douches chaudes sont bien entendu permises !

Et enfin, restez accompagnée durant cette période

Que ce soit physiquement ou psychologiquement, cette période peut être éprouvante. Le bouleversement hormonal peut se traduire par des émotions « à fleur de peau » et le manque de sommeil n’arrange rien.

Ne soyez pas effrayée pour autant : il est normal d’être sensible et fragile après l’accouchement. Il faudra un peu de temps pour que les choses s’arrangent. Cependant, ne restez pas seule ; parlez à des proches, une amie maman, à votre conjoint etc.

Des comportements doivent par contre vous alerter : si vous êtes tout le temps en colère, irritée ou trop anxieuse, que vous avez envie de faire du mal à votre bébé : demandez de l’aide au plus vite à un.e professionnel.le de la santé.

Sexe après l’accouchement : quand et comment avoir de nouveau des rapports sexuels ?

C’est principalement la maman qui doit évaluer cette question, avec l’avis de son gynécologue si elle le souhaite.  Bien sûr, la sexualité peut continuer, mais différemment que par la pénétration vaginale.

Il faut du temps pour que le corps d’une femme récupère et son ou sa partenaire doit être compréhensif.ve (même si les choses peuvent ne pas être si simples pour lui ou elle non plus : manque de sommeil, baisse de libido, etc.)

Si le désir sexuel est toujours présent dans le couple (parfois il est possible que les choses prennent un peu plus de temps), les deux parents trouveront toujours des moyens différents de la pénétration pour entretenir leur sexualité.

Enfin, il se peut aussi qu’après une période suffisante, la maman éprouve une sécheresse vaginale : c’est normal !

D’ailleurs, il est même conseillé d’utiliser un gel lubrifiant en dehors de cette période, lorsqu’on utilise aussi des préservatifs : le latex peut en effet assécher les parois vaginales.

Si l’envie est là après les premiers mois qui suivent l’accouchement, et même si votre corps semble avoir récupéré, n’hésitez pas à utiliser un gel lubrifiant adapté.

Sexe après l’accouchement : que faire si les choses sont toujours compliquées après 3 mois ?

C’est une période où les hormones et le désir peuvent-être différents : surtout il ne faut pas s’inquiéter, car c’est normal. Le ou la partenaire doit être compréhensif et accompagner au mieux la maman.

Le dialogue est donc important ; notamment si l’un des deux partenaires vit cette période moins bien d’un point de vue sexuel. C’est même la période où le couple doit encore plus communiquer, pour éviter les frustrations ou les non-dits.

D’ailleurs, c’est une période où le bébé est suivi médicalement et la maman aussi : elle peut donc faire part de son état de santé, de son état psychologique, et des éventuelles modifications qui peuvent interférer dans le couple.

L’important est de ne pas rester seule et d’en parler avec son ou sa gynécologue si nécessaire. N'oubliez pas que des sages-femmes ou des thérapeutes sont également à votre écoute en ligne sur Mia.co.

Sexe après l'accouchement : ce qu'il faut retenir

Nous n’avons donc pas donné de durée pour pouvoir faire l’amour après un accouchement : et c’est normal car cette donnée est subjective selon les femmes, leur corps, et leur couple.

Certaines reprendront une vie sexuelle active, même d’une autre manière qu’avant, quand d’autres auront besoin d’un peu plus de temps.

L’important est de rester unis dans son couple, de communiquer, et de s’adapter au mieux : il est normal qu’un accouchement provoque des changements émotionnels ou sexuels au sein du couple.

Par contre, ces problèmes ne doivent pas créer une fracture dans le couple ; d’où l’importance du dialogue, et d’une éventuelle prise en charge psychologique pour s’acclimater au mieux le temps que les choses évoluent.

Vous souhaitez vous épanouir sexuellement ?
Consultez en ligne une thérapeute Mia.co

Consultez une thérapeute en ligne par téléphone, messagerie ou vidéo, 7 jours sur 7.

Mia.co : la plateforme de santé dédiée aux femmes

Mia.co est une plateforme de santé dédiée aux femme regroupant des praticiennes toutes diplomées en sexologie.

Elles sont encadrées par un comité scientifique composé de médecins sexologues et de professeur.e.s d’université en sexologie et de membres dirigeant.e.s d’association de sexologues.

La plateforme permet à toutes les femmes de consulter en ligne l’une des spécialistes des questions de sexualité et/ou de bien-être. La consultation en ligne peut se dérouler par 3 modes (téléphone, messagerie sécurisée ou visioconférence) et comporte tous les avantages suivants :

  • Une équipe de praticiennes spécialistes de la sexualité féminine et spécialement formées à la pratique de la téléconsultation ;
  • Une consultation de 30 min à 45 euros (les prix en cabinet varient de 80 à 100 euros) ;
  • La livraison de produits d’accompagnement en 24 ou 48H ;

Les données sont collectées et sécurisées chez un hébergeur agréé et certifié pour les données de santé au sens des dispositions de l’article L.1111-8 du code de la santé publique.